Être rappelé

Le portage salarial pour les demandeurs d'emploi

demandeurs-emploi-portage-salarial
Partager

Le portage salarial est un statut qui offre de nombreux avantages pour les demandeurs d’emploi. Il permet de travailler comme indépendant et donc de profiter d’une liberté totale dans votre activité, sans en subir les contraintes. Le portage salarial vous offre également la protection du statut de salarié. Pour les demandeurs d’emploi, la combinaison de ces deux éléments se pare d’un troisième bienfait : la possibilité de conserver vos allocations de retour à l’emploi (ARE). Grâce au cumul ARE et rémunération, le système du portage salarial vous assure un salaire mensuel plus conséquent que vos allocations seules. Si vous êtes demandeur d’emploi, le portage salarial est peut-être fait pour vous !

Sommaire

💯 Le portage salarial : est-ce un statut idéal pour les demandeurs d’emploi ?

👉 Quels avantages sociaux pour un demandeur d’emploi en portage salarial ?

💼 Peut-on continuer de bénéficier de ses indemnités chômage en portage salarial ?

🖩 Comment calculer ses droits au chômage en portage salarial ?

Le portage salarial : est-ce un statut idéal pour les demandeurs d’emploi ?

Le portage salarial est un statut novateur. Il instaure une relation tripartite entre un salarié porté, une société de portage et une entreprise cliente. Si vous souhaitez vous lancer en indépendant, sans toutefois prendre les risques inhérents à l’entrepreneuriat, vous pouvez vous tourner vers une entreprise de portage salarial pour démarrer votre activité.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Il s’agit d’un statut qui s’articule autour d’un contrat de travail entre une société de portage salarial et un consultant (ou salarié porté), qui bénéficie alors des avantages liés à ce contrat. Il peut s’agir d’un CDD ou d’un CDI. Dans le cas des demandeurs d’emploi exerçant des missions en portage salarial, il est conseillé d’opter pour le CDI afin de couvrir l’ensemble de vos activités.

En savoir plus sur le portage salarial pour les demandeurs d’emploi

 

Le portage salarial se présente comme une alternative au statut d’auto-entrepreneur : au lieu d’être livré à vous-même, en qualité de consultant indépendant, vous êtes accompagné par votre société de portage tout au long de votre activité. Ce statut vous confère également une meilleure crédibilité auprès de vos clients. En effet, en portage salarial, votre entreprise se porte garante de la bonne exécution de vos missions. Elle pérennise ainsi la relation avec vos clients, qui peuvent ainsi mieux se projeter avec vous sur des missions longues.

A lire aussi : le chômage partiel en portage salarial

 

Ainsi, les demandeurs d’emploi en recherche de nouvelles opportunités professionnelles peuvent s’appuyer sur le portage salarial pour relancer leur carrière. Un très large panel de métiers est compatible avec le statut de salarié porté, qui est donc susceptible d’intéresser de très nombreux profils ! 

 

Le portage salarial pour demandeurs d’emploi vous intéresse ? Notre équipe est à votre écoute !

Contacter un conseiller

Pourquoi choisir le portage salarial ?

Se lancer en portage salarial est une excellente solution pour les demandeurs d’emploi, et ce à de nombreux égards.

 

  • Profiter d’une période de chômage pour continuer à se former

Il est possible de profiter d’une période d’inactivité, plus ou moins longue, pour perfectionner vos compétences ou en acquérir de nouvelles grâce à des formations. Pôle Emploi propose de nombreux modules à destination des demandeurs d’emploi. L’idée étant d’augmenter vos chances de retrouver un emploi. Le marché du travail évolue rapidement, il est donc essentiel de rester à la page. Et quoi de plus efficace que de continuer à travailler pour rester à jour dans vos connaissances ? Le portage salarial permet à un demandeur d’emploi de rester actif sur le marché du travail et de réaliser des missions dans votre champ professionnel.

 

Vos compétences métiers sont ainsi entretenues et enrichies grâce aux différentes missions que vous allez réaliser et aux demandes auxquelles vous allez être confronté. C’est justement la possibilité de réaliser des missions variées – avantage conféré par l’autonomie du statut de consultant – qui stimule et élargit votre savoir-faire. En changeant de milieu de travail régulièrement et en interagissant avec des personnes de tous horizons, vous perfectionnez à la fois les compétences déjà acquises mais vous en développez également de nouvelles comme votre capacité d’adaptation et votre flexibilité.

 

  • Une totale liberté dans son emploi du temps

Rejoindre une entreprise de portage salarial en qualité de consultant vous confère une très grande liberté. Les demandeurs d’emploi qui font le choix du portage sont libres dans l’organisation de leur quotidien. Vous réalisez vos missions – qu’elles soient ponctuelles ou de longue durée - en toute autonomie, exactement comme le ferait un indépendant. Vous choisissez les projets que vous souhaitez mener avec les clients de votre choix. En effet, en portage salarial contrairement à l’intérim, votre portefeuille client vous appartient ! En portage salarial, c’est aussi vous qui fixez votre emploi du temps.

 

Vous profitez ainsi d’horaires et de jours de travail flexibles, ce qui vous permet de mener de front plusieurs missions, ou bien de cumuler avec un emploi salarié, c’est une forme de slashing. En optant pour ce statut, le demandeur d’emploi est gagnant. Vous pouvez à la fois rester actif sur le marché du travail, et bénéficier d’un emploi du temps flexible pour mettre sur pied d’autres projets. Le tout, en bénéficiant des avantages liés au salariat.

 

Vous souhaitez cumuler vos indemnités avec une activité en portage salarial ? Faites une simulation de revenus !

Simuler mes revenus

 

Quels avantages sociaux pour le demandeur d’emploi en portage salarial ?

Le portage salarial est un statut protecteur. En plus d’une grande liberté de mouvement, en qualité de consultant porté, vous bénéficiez aussi des avantages liés au salariat ! Vous percevez une rémunération pour les missions que vous effectuez auprès de vos clients tout en sécurisant votre activité par un cadre protecteur.

 

Quel salaire en portage salarial : une rémunération fixe chaque mois

Pour toutes les missions qu’un consultant réalise en portage salarial, il est pleinement aux commandes de son activité. Il choisit les missions qu’il effectue, il organise ses jours et horaires de travail, les modalités de son intervention, et surtout, il fixe et négocie seul ses honoraires auprès de ses clients. Il est donc assurément maître de sa rémunération. Une fois le TJM fixé et la mission réalisée, le montant de votre chiffre d’affaires sera transféré à votre entreprise de portage salarial qui se chargera ensuite de vous le reverser sous la forme d’un salaire.

 

Comme c’est le cas pour un salarié classique, vous recevrez à la fin de chaque mois, une fiche de paie indiquant le montant de votre salaire. Ainsi, vous pourrez profiter d’un lissage de salaire et donc prétendre à une rémunération fixe chaque mois, ce qui vous assurera une certaine sécurité financière. Ce montage permet à un consultant d’être salarié par l’entreprise de portage, et ainsi de bénéficier des nombreux avantages sociaux réservés initialement aux salariés ! C’est la combinaison parfaite entre la flexibilité de l’entrepreneuriat et la sécurité du salariat.

Le salaire en portage salarial : comment ça marche ? 

 

Tous les risques sont assumés par la société de portage

Alors qu’un indépendant doit gérer seul son activité, en portage salarial, vous êtes libéré de toute la partie administrative, financière et comptable : c’est votre société de portage salarial qui s’en occupe pour vous ! Il ne vous reste qu’à vous concentrer sur vos missions. Ce statut est donc idéal pour les demandeurs d’emploi, qui peuvent se consacrer pleinement à la réalisation de leurs missions, sans s’inquiéter des procédures administratives chronophages. Libre à vous ensuite de vous consacrer à d’autres projets !

 

Parmi les nombreux avantages dont bénéficient les salariés en portage, on trouve également la responsabilité civile. Au contraire des indépendants, qui doivent souscrire par eux-mêmes à une assurance responsabilité civile pour protéger leur activité, ici, c’est votre société de portage qui assume et prend en charge ce risque. Grâce à cela, vous bénéficiez d’une véritable sécurité avec une responsabilité civile professionnelle qui couvre pas moins de 800 métiers.

 

Le portage salarial vous protège également contre les risques d’impayés. Cette protection est l’un des enjeux majeurs du portage salarial. En effet, en cas de retard ou d’absence de paiement de l’une de vos factures de la part de votre client, votre entreprise de portage prend à sa charge ce risque et s’assure de vous verser un salaire. Ainsi, même si l’un de vos clients refuse de vous payer, vous continuerez de percevoir votre rémunération mensuelle.

 

Continuer à bénéficier d’une protection sociale

Travailler en tant qu’indépendant au sein d’une société de portage, vous assure de conserver votre protection sociale de salarié. En effet, contrairement à un entrepreneur, un salarié porté cotise pour ses droits, à chaque fois qu’il perçoit un salaire. Vous continuez donc d’avoir une protection santé au sein du régime général de la sécurité sociale et vous cotisez pour votre complémentaire santé. Vous profitez également de droits à la retraite ainsi que d’une assurance chômage. Dans le cas des demandeurs d’emploi, votre activité de salarié porté vous ouvre de nouveaux droits à la retraite tout en vous permettant de cumuler vos revenus avec votre allocation de retour à l’emploi. Cette indemnité sera perçue pour chaque demandeur d’emploi qui effectue des missions en portage salarial selon des modalités qui seront détaillées plus bas.

En savoir plus sur la protection sociale en portage salarial

 

Peut-on continuer de bénéficier de ses indemnités chômage en portage salarial ?

Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi bénéficient, dans la majorité des cas, d’allocation chômage. Le portage salarial vous offre la possibilité de cumuler ces indemnités avec votre activité de freelance. C’est ce qui fait la force du portage salarial pour les demandeurs d’emploi. Non seulement ce statut vous permet de rester actif de manière indépendante tout en bénéficiant d’avantages sociaux, mais il vous permet aussi de cumuler vos ARE avec les salaires que vous avez perçu dans le cadre de vos missions de salarié porté. Ce cumul est possible quelle que soit la durée de votre contrat de travail en portage salarial, et ce jusqu’à la fin de vos droits aux allocations chômage. L’objectif est le suivant : rester actif et toucher une rémunération plus importante en travaillant en portage salarial que celle touchée grâce aux allocations seules.

Qu’est-ce que l’ARE ?

Quelles sont les conditions du cumul des ARE en portage salarial ?

Pour cumuler vos allocations de retour à l’emploi et votre salaire de consultant, vous devez remplir certaines conditions :

  • Rester inscrit à Pôle emploi

L’une des conditions les plus évidentes pour bénéficier du cumul des droits, est bien évidemment de rester inscrit comme demandeur d’emploi à Pôle emploi. La raison de votre inscription, est la recherche active d’un emploi. Le temps libéré par la flexibilité du portage salarial vous permet de continuer à mener activement cette recherche. Si vous choisissez de vous désinscrire, cela signifie que votre activité en portage salarial est devenue votre principale source de revenus et que vous pouvez en vivre décemment. Vous perdez alors le cumul avec vos ARE, mais cette activité vous ouvre de nouveaux droits.

  • Un nombre d’heure minimum

Un demandeur d’emploi, pour continuer à toucher ses ARE, doit d’abord s’assurer d’avoir travaillé au moins 88 jours, soit 610 heures, au cours des 28 derniers mois pour les personnes de moins de 53 ans, et au cours des 36 derniers mois pour les personnes âgées de 53 ans ou plus. Ce quota d’heures travaillées est bien évidemment cumulatif, et peut avoir été effectué chez plusieurs employeurs. Toutes les périodes travaillées sont prises en compte, sauf celles ayant déjà fait l’objet d’une indemnisation par l’assurance chômage.

  • Un montant à ne pas dépasser

Le cumul du salaire en portage salarial et des ARE ne peut dépasser le montant de l’ancien salaire ayant servi au calcul des droits. Dès lors que l’activité de portage salarial permet au salarié porté de toucher davantage que son ancien salaire, en le cumulant avec les ARE, il perd son droit à bénéficier de celles-ci.

  • Toujours être actif

Le cumul des ARE avec une activité en portage implique également d’être toujours considéré comme actif. Vous devez donc être au-dessus de l’âge légal de départ à la retraite (62 ans pour ceux nés à compter du 1er janvier 1955) et donc, au même titre, être physiquement apte à l’exercice d’un emploi.

 

Combien de temps peut-on cumuler ARE et salaire ?

Ce cumul est possible jusqu’à l’épuisement des droits du consultant. Tant que vous bénéficiez d’ARE, vous pouvez cumuler les deux. Cette durée correspond à l’affiliation en jours travaillés qui est calculée par l’organisme d’assurance chômage. Plus la durée de travail, avant de commencer à percevoir vos droits, est longue, plus la durée d’indemnisation l’est aussi !

Les règles concernant la durée du cumul sont les suivantes :

  • La durée de l’indemnisation est au minimum de 4 mois (ou 122 jours) ;
  • Elle ne peut dépasser 24 mois, c’est-à-dire 730 jours si vous avez moins de 53 ans à la fin de votre contrat de travail ;
  • Elle ne peut dépasser 30 mois, donc 913 jours, pour les demandeurs d’emploi âgés de 53 ou 54 ans à la fin de leur contrat de travail ;
  • Elle ne peut dépasser 36 mois, soit 1 095 jours, pour les personnes âgées d’au moins 55 ans à la fin de leur contrat de travail.

 

Recharger ses droits aux ARE tout en restant au chômage

Les demandeurs d’emploi qui font appel au portage salarial pour exercer une activité en qualité d’indépendant continuent de travailler, tout en étant au chômage. Cet emploi leur permet ainsi de recharger leurs droits aux ARE ! En effet, en percevant leur salaire, les portés continuent de cotiser à l’assurance chômage, à l’assurance maladie, etc. Pendant une période de chômage, ces droits sont consommés par le demandeur d’emploi. Mais s’il travaille en tant que consultant porté, il les recharge en même temps qu’il les consomme ! Ces nouveaux droits s’ajoutent aux droits déjà acquis et pourront être consommés lorsque les droits actuels seront épuisés.

 

À noter qu’il existe, dans le cas du portage salarial, ce que l’on appelle un droit d’option : si le salaire perçu en portage permet de toucher des revenus plus importants que le salaire de base utilisé pour calculer les allocations initialement reçues, il est possible d’exercer un droit d’option. Il s’agit d’abandonner les allocations restantes du droit ARE initial, pour percevoir de nouvelles allocations au montant plus élevé. Pour en profiter, deux conditions doivent être respectées :

  • L’allocation journalière initiale doit être inférieure ou égale à 20€ par jour ;
  • Le montant de l’allocation journalière cumulée au nouveau salaire doit être 30% supérieur à celle de l’allocation journalière initiale.

 

Comment calculer ses droits au chômage en portage salarial ?

Le calcul du montant de vos droits aux allocations d’aide au retour à l’emploi s’effectue en trois étapes :

  • D’abord, il faut calculer votre ARE mensuelle. Elle correspond au nombre de jour dans le mois, multiplié par l’ARE journalière ;
  • Ensuite, vous devez calculer le montant que représente 70% de votre salaire issu de votre activité en portage salarial ;
  • Et voilà le montant de votre ARE partielle : on soustrait 70% de la nouvelle rémunération au montant de 30 jours d’allocation.

En d’autres termes, 70% du revenu issu de votre activité de salarié porté est déduit du montant de l’allocation mensuelle qui vous serait versée si vous n’étiez pas en activité. Le résultat de cette soustraction est divisé par votre ARE mensuelle, ce qui détermine le nombre de jours d’ARE à percevoir. Pôle emploi calcule ensuite le nombre de jours qui correspond à cette nouvelle allocation (qui est ensuite divisée par le montant de l’allocation journalière). Ce chiffre correspond au nombre de jour d’allocation qui vous sera versé. Ce montant est bien évidemment inférieur à celui qui serait perçu si vous n’étiez pas en activité. Pour continuer à bénéficier d’une ARE, il faut que le cumul de celle-ci avec votre nouvelle activité ne dépasse pas le montant de votre ancien salaire brut (non pas celui issu de l’activité portée, mais celui sur lequel se base le calcul de l’allocation).

 

Prenons un exemple concret pour bien comprendre le cumule des ARE avec son salaire en portage salarial. Si vous perceviez dans votre précédent emploi 3 000 euros brut, votre salaire journalier de référence est de 100 euros et votre allocation journalière est égale à 57 euros. Après quelques mois d’inactivité, vous trouvez une mission en portage salarial avec une rémunération brute de 2 100 euros au mois de mars, premier mois de la prestation. Le cumul ARE - salaire est possible, mais à quel montant d'allocation partielle puis-je prétendre ?

  • CALCUL DE VOTRE ARE MENSUELLE

Le mois de mars compte 31 jours donc votre ARE mensuelle est de 57 * 31 = 1 767€

  • CALCUL DE 70 % DU SALAIRE DE VOTRE NOUVELLE ACTIVITÉ

Soit 0,70 * 2 100 = 1 470€

  • DIFFÉRENCE ENTRE CES DEUX MONTANTS

Le montant théorique de l’ARE partielle serait de 297€ (1 767 – 1470)

  • VÉRIFICATION DU CUMUL DU PLAFOND

Le plafond à ne pas dépasser serait de 30,42 * 100 = 3 042€

Dans cette situation précise, vous ne dépasserez pas le plafond puisque que votre rémunération brute de votre nouvelle mission (2 100 €) + montant théorique de l’ARE partielle (297 €) est inférieur au plafond calculé ci-dessus (3 042 €).

COMBIEN DE JOURS D’INDEMNISATION : 297 / 57 = 5,21 soit 5 jours indemnisables.

MON ALLOCATION PARTIELLE VERSÉE SERAIT DE 285 EUROS (5 * 57) - Soit une rémunération totale de 2 385 euros (2100 + 285)

 

Pour aller plus loin