Linkedin

Youtube

Être rappelé

Les métiers du digital et le portage salarial

Vendredi, 30 août, 2019
les-metiers-du-digital-en-portage-salarial

Les métiers du numérique occupent une place de plus en plus prépondérante sur le marché du travail. D’après une enquête de l’Ipsos, pour l’Observatoire du travail indépendant publiée en septembre 2018, le numérique, les datas et la robotique sont les domaines d’activité perçus par les français comme étant les plus créateurs d’emplois à l’avenir.

 

 

 

Aujourd’hui, les équipes de Didaxis reviennent sur ce phénomène d’indépendance qui touche les métiers du digital.Les métiers du numérique occupent une place de plus en plus prépondérante sur le marché du travail. D’après une enquête de l’Ipsos, pour l’Observatoire du travail indépendant publiée en septembre 2018, le numérique, les datas et la robotique sont les domaines d’activité perçus par les français comme étant les plus créateurs d’emplois à l’avenir. Aujourd’hui, les équipes de Didaxis reviennent sur ce phénomène d’indépendance qui touche les métiers du digital.

Le choix de l’indépendance

Au moment où près d’un Français sur deux (49 %) est intéressé ou concerné par une activité professionnelle indépendante, le portage salarial se présente comme une juste solution pour ces métiers d’avenir. Pour preuve, aujourd’hui près d’un cinquième des salariés portés en France travaillent dans le secteur de l’informatique ou du numérique. La sécurité et la liberté de ce mode de travail forment la bonne équation avec des consultants IT à la recherche de souplesse dans leur quotidien.

“Certains freelances du web ont tendance à démarrer en micro-entreprise par facilité. Mais quand ils cherchent à sécuriser leur activité, ils se tournent vers le portage salarial. Aujourd’hui, il n’y a que ce statut qui leur permette de cotiser aux allocations-chômage avec un statut d’indépendant”, souligne Béatrice Perrier, responsable de l’agence Baya Consulting. Le portage salarial s’adresse justement à ceux qui ont une forte expertise car si le porté est salarié de la société de portage salarial (en CDD ou en CDI), il reste autonome dans le démarchage de ses clients et dans l’organisation de ses missions. Ceux qui choisissent ce statut veulent généralement conjuguer la liberté de l’indépendant et la protection sociale du salariat.

Quantitativement, que représente le portage salarial ?

Aujourd’hui, le portage salarial est un secteur en pleine expansion. Entre 2010 et 2019, le nombre de salariés portés à triplé, passant de 15 000 à 86 000 travailleurs. Le chiffre d’affaires atteint les 900 000 millions d’euros en 2017, ce qui représente une hausse de 22% par rapport à l’année précédente. D’ici 2025, le secteur devrait générer 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires et totaliser 600 000 emplois. Différents facteurs expliquent la croissance du secteur du portage salarial :

  • La clarification réglementaire grâce à la loi n°2008-596 du Code du travail relative à la modernisation du marché de l’emploi, a favorisé son développement. Inscrit dans le Code du travail en 2015, le portage salarial bénéficie d’une convention collective depuis mars 2017.

Pour Guillaume Cairou, président de Didaxis et fondateur de la Fédération des entreprises de portage salarial (FEPS), “la structuration de la branche et l’établissement d’une convention collective ont permis de sécuriser le secteur du portage salarial et d’attirer des profils autonomes et experts qui avaient créé des structures, mais ont préféré revenir à un statut de salarié.”

  • Les avantages de ce dispositif incitent les actifs à s’orienter vers ce statut à la croisée des chemins entre le salariat et l’entrepreneuriat.

Techniquement, qu’est que le portage salarial ?

Le portage salarial fonctionne sur la base d’une relation tripartite, entre la société de portage salarial, le salarié porté et le client final pour lequel le salarié porté assurera une prestation. Les différents acteurs sont engagés à travers différents types de contrats :

Le contrat de travail : le salarié porté est un salarié comme un autre, bénéficiant d’un contrat de travail, CDD ou CDI.

La convention de portage :  ce document détermine les modalités d’hébergement de l’activité du salarié porté. Il permet d’informer le salarié porté des frais de gestions appliquées par la société de portage, mais également de le renseigner sur sa protection sociale en particulier sur son affiliation à une caisse de retraite, à une prévoyance etc…

Un contrat de prestation : il définit la relation commerciale entre le salarié et son client. Le document regroupe le descriptif de la mission, son coût, sa durée, les conditions de paiements etc. 

Malgré l’encadrement de l’activité du salarié porté par les différents contrats, ce dernier reste libre de fixer ses propres conditions, notamment en matière de prix et de durée. Ainsi, il est donc totalement indépendant dans son activité. Le prestataire doit simplement facturer ses prestations par la société de portage qui lui rétrocédera un salaire (bulletin de salaire classique) après avoir déduit les cotisations sociales et une commission relative aux frais de gestion (entre 5% et 15% en moyenne).

Concrètement, quels sont les avantages du portage salarial ?

Une couverture sociale : à la différence des travailleurs indépendants, vous bénéficiez d’une couverture sociale. Ainsi, vous conservez le même niveau de garantie qu’un salarié, alors qu’un indépendant devra souscrire à des assurances complémentaires. Le portage salarial assure la même protection que n’importe quel salarié. Vous pratiquez votre activité d’indépendant en totale sécurité.

“La forme la plus concurrentielle du portage salarial est la Sasu [société par actions simplifiée unipersonnelle, ndlr], qui permet d’avoir le statut de dirigeant salarié. Mais ce n’est pas entièrement équivalent à la protection sociale dont bénéficie un salarié porté, notamment pour ce qui est de l’assurance-chômage”, explique Guillaume Cairou.

Une gestion administrative : l’objectif pour la société de portage et pour le salarié est que ce dernier puisse se focaliser sur le cœur de son activité. C’est pourquoi, la société prend en compte l’ensemble de la gestion administrative. La relance clients, les devis et factures, la tenue comptable, les déclarations diverses auprès d’organismes collecteurs, etc. Tout est réglé par la société de portage salarial.

Un statut sûr : avec le portage salarial, le salarié porté est automatiquement couvert par l’assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) de la société de portage, contrairement aux indépendants qui doivent y souscrire eux-mêmes.

Des garanties financières stables : il est de notoriété publique que les indépendants rencontrent énormément de difficultés pour emprunter. Tout simplement parce que les bailleurs ou organismes demandent des garanties financières matérialisés par des bulletins de paie. Grâce au portage salarial, le salarié porté bénéficie d’un contrat de travail en CDD ou CDI mais également de fiches de paie qui peuvent attester de ses ressources et par conséquent lui garantir une stabilité financière.

Elargir son réseau : la société de portage met son réseau de professionnels à disposition des salariés portés. Ainsi, elle peut vous mettre en relation avec d’autres salariés pouvant vous apportez leurs compétences dans le domaine souhaité.

 

Les autres articles que vous allez aimer : 

Le portage salarial vous intéresse ? Vous pouvez participer à une de nos réunions d’information ou nous contacter directement