Linkedin

Google+

Youtube

Être rappelé

Coworking : l’un des piliers de l’entreprise intelligente de demain

Jeudi, 2 mars, 2017

Demain, serons-nous tous "Sans Bureau Fixe"? La dynamique est en plein essor. Comment pérenniser cette tendance de fond ? Guillaume Cairou, président-fondateur de Didaxis-Hiworkers, décrypte les atouts de ces nouvelles manières de travailler.

Selon le baromètre OpinionWay présenté le 19 janvier dernier et réalisé pour le cabinet CD&B, spécialisé dans la transformation des espaces de travail, les personnes interrogées sont globalement peu satisfaites de leur espace de travail. Difficultés de concentration et stress sont souvent pointés du doigt par les salariés.  De quoi réinventer les manières de travailler au sein de l’entreprise ? Ces dernières s’inspirent de plus en plus des tendances agiles, notamment impulsées par les travailleurs indépendants. 
Coworking, cohoming, espaces collaboratifs, tiers-lieux, nomadisme, télétravail, les codes traditionnels du marché de l’emploi sont bousculés afin de s’adapter à un monde en mutation. Et la tendance va s’accélérer.

C’est l’avis de Guillaume Cairou, président-fondateur de Didaxis- Hiworkers et président du Club des Entrepreneurs. Selon lui l’extinction progressive du CDI et du salariat au profit du statut de travailleurs indépendants va conduire au développement des espaces de coworking. Fini le « Métro-boulot-dodo » ? Le bureau « à l’ancienne » espace statutaire et sanctifié, souvent abrité dans les tours rassurantes d’un siège social, compte ses jours.
Guillaume Cairou porte ces nouvelles manières de travailler et notamment le coworking, qui désigne la possibilité pour des entreprises et des travailleurs indépendants d’occuper ensemble un même lieu de travail, afin de partager ses ressources et mutualiser l’ensemble de son infrastructure. Selon le PDG de Didaxis- Hiworkers le coworking apparaît comme la réponse idéale à cette mutation de l’activité qui pousse les entités à moins de gaspillage et toujours plus d’agilité et de souplesse.

Ce dernier incite à travailler en réseau, en assemblant de manière occasionnelle les compétences, en fonction des projets et non plus selon la logique de postes « à vie » au sein de structures hiérarchisées. Outre ce besoin de flexibilité, le coworking a aussi pour vertu de permettre à l’entrepreneur le partage de son espace de travail avec d’autres, dans une logique de collaboration, d’échange et d’ouverture. De quoi également lutter contre l’isolement redouté par les travailleurs indépendants ou entrepreneurs. Autre atout, chacun pourra obtenir un accès rapide à des ressources professionnelles et humaines extrêmement diverses, allant du marketing à l’informatique.

Une fois n’est pas coutume, on remarquera que notre pays n’est pas à la traîne : les espaces se multiplient dans toute la France, à l’instar de la Manufacture, incubateur de start-ups et espace de coworking, imaginé par Didaxis-Hiworkers. Cette surface de 1.500 m2 dédiée aux entrepreneurs dans le 18e arrondissement est d’ailleurs en pleine rénovation afin d’accueillir prochainement les adeptes, chaque jour plus nombreux. Le baromètre réalisé en juin 2016 par LBMG-Worklabs, société de conseil spécialisée dans le télétravail, a mesuré un quadruplement de ces espaces partagés ces trois dernières années. Les grandes entreprises s’y mettent, la SNCF développe des espaces dans les gares. Benoit Hamon, candidat à la présidentielle a même installé son QG de campagne dans un espace collaboratif. Après la phase d’émergence, comment donc pérenniser cette tendance arrivée à maturité ? « A nous, créateurs et dirigeants d’entreprise, de continuer de convaincre les esprits rétifs et hésitants du formidable potentiel de ce nouveau type d’organisation du travail, pilier de l’entreprise intelligente de demain! », plaide Guillaume Cairou.