Linkedin

Google+

Youtube

Être rappelé

32% des Français dans une dynamique entrepreneuriale

Lundi, 28 novembre, 2016

Selon le premier Indice Entrepreneurial Français de l'Agence France Entrepreneur (ex-APCE), près de 32% des Français seraient concernés par une dynamique entrepreneuriale, soit plus de 15 millions d'actifs.

 

 

L'indice de l'AFE définit la dynamique entrepreneuriale comme la démarche, l'intention ou l'expérience d'une activité indépendante (répartie entre intentionnistes, porteurs de projet, entrepreneurs et fermetures ou cessions d'entreprises), et s'attache à décrire cette dynamique et ses motivations selon l'âge et le sexe.

 

Le profil-type : une homme âgé de 30 à 49 ans avec une activité

 

Ils sont 38% d'hommes contre seulement 27% de femmes à être ou à avoir été dans une dynamique entrepreneuriale, et près de 44% pour les hommes de 30 à 49 ans. Par ailleurs, 42% de la population a des "antécédents" entrepreneuriaux, c'est à dire qu'ils ont aidé un proche dans la création ou la gestion de son entreprise, ont suivi une formation à l'entrepreneuriat ou ont dirigé une association.

46% des Français considèrent que l'entrepreneuriat est un choix de carrière plus intéressant que le salariat (public ou privé), y compris pour les Français hors de la chaîne entrepreneuriale.

 

des motivations bien éloignées d'une problématique financière

 

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, la rémunération n'arrive que très loin dans les motivations qui poussent aussi bien les futurs que les actuels entrepreneurs. Pour 41% des "intentionnistes", il s'agit avant tout de s'épanouir, de réaliser un rêve, quand 38% des entrepreneurs ont choisi cette voie pour être leur propre patron.

79% des entrepreneurs et futurs entrepreneurs souhaitent apporter des nouveautés sur leur marché, tant en termes de biens que de services, mais également de marketing, d'organisation ou de procédés de fabrication, et 24% d'entre eux caressent l'ambition de se déployer à l'international.

Par ailleurs, 72% des Français voient les entrepreneurs comme des personnes autonomes dans leur travail, et 69% considèrent qu'ils sont rémunérés à la hauteur de leur engagement.

 

Les freins à la dynamique entrepreneuriale

 

L'étude de l'Agence France Entrepreneur s'est également attardée sur les Français hors de la dynamique entrepreneuriale, notamment pour connaître les freins qui les empêcheraient de se lancer. Parmi les pincipaux freins on retrouve :

 

  • Des investissements financiers jugés trop importants (28%)
  • Un risque d'échec trop important (28%)
  • Une préférence pour la sécurité d'un emploi salarié (25%)
  • Une démarche trop complexe (23%)

 

Ces craintes, si elles sont légitimes, sont bien la preuve que le portage salarial propose une solution à ceux qui souhaiteraient entrer dans une dynamique entrepreneuriale : aucun investissement nécessaire, la sécurité d'un emploi salarié, une inscription effective en 48h et aucune démarche administrative à effectuer.

 

Vous pouvez découvrir l'étude complète de l'AFE ici, ou les avantages du portage salarial.